Ça y’est. Une fois de plus, les dés sont lancés. Dans quelques heures, Tim Cook prendra la parole depuis Cupertino (à 13h00, heure de Montréal, GMT -4h), pendant que le reste du monde se taira. À nouveau. Pour l’écouter. En silence. Chaque mot comptera. L’atmosphère sera lourde. Les journalistes seront aux aguets. Les concurrents seront prêts. Les Mac Aficionados seront confiants. D’autres moins, le sourire crispet aux lèvres, impatients. Quelle que soit l’issue, cette présentation de Tim Cook sera à double tranchant: elle traduira soit une marque de confiance envers Apple qui n’a eu de cesse de répondre aux attentes des consommateurs qui demandent plus de fonctionnalités et de liberté avec iOS, soit un des premiers signes de désistement perceptibles d’une société adulée mais qui semble perdre du terrain face à la concurrence toujours plus féroce. Apple est attendue au tournant.
Un proverbe asiatique dit ceci: «Plus haute est la montagne, plus dure sera la chute». Certains médias n’ont eu de cesse de prédire la chute inéluctable d’Apple, qui d’année en année, pourtant, et ce depuis une bonne décennie déjà, n’a eu cesse de donner tord aux mauvaises langues et de flirter avec les plus hauts sommets, jamais égalés encore par une entreprise technologique. Elle collectionne titres et trophées dans les plus prestigieuses catégories, toujours en donnant une impression d’aisance déconcertée: entreprise la plus lucrative mondialement, entreprise avec les produits les plus innovants de tous les temps , entreprise au plus fort de taux de satisfaction de la clientèle, mais aussi celui de l’entreprise la plus admirée mondialement. Qu’en disent ses détracteurs, Apple sait séduire son monde et entend le prouver. Encore.

Apple awards Mac Aficionados

Pourtant, un petit tour d’horizon sur les médias américains permet de se rendre compte à quel point la tension est forte pour Apple et l’opinion publique polarisée sur LA question de fonds: Apple peut-elle encore (?!) réellement innover aujourd’hui? Tous ces titres gagnés ne sont-ils pas ceux d’une époque déchue ou Steve Jobs, le Chef visionnaire, était encore aux rennes de son entreprise? La culture du secret n’a pas elle aussi volé en éclats? L’iPhone 5S et l’iPhone 5C ont bel et bien été dévoilés aux yeux indiscrets d’un public toujours aussi trépignent d’excitation. Au grand dam d’Apple.

Apple iPhone sur Mac

Les arguments en la défaveur d’Apple sont nombreux et se font de plus en plus entendre en crescendo. Oui, beaucoup craignent que l’iPhone 5S et l’iPhone 5C, déjà moqué du triste surnom d’ «iPhone cheap» (qui ne convient certes pas à un produit Made in Apple) ne suffisent à faire taire les critiques:  ces produits ne seront que de pâles copies de l’iPhone 5 auquel on rajoute un «S» à la suite ou un «C», au gré d’une inspiration qui elle aussi semble faire défaut. Preuve est, les vidéos qui déferlent sur le Net, révélant tantôt une courbe de cet iPhone champagne (c’est le nom de luxe qu’on lui donne paraît-il), parodiant plutôt là, le lancement languissant des produits d’Apple, qui, au fil des ans, ont perdu de leur superbe mais surtout «l’effet de magie» qui jadis les accompagnaient. On ne parle plus que de «marge de profit», de «rentabilité», de «croissance» ou de «concurrence». Les formules sont toutes choisies pour l’occasion. On s’en lasserait presque, diraient certains… Il est venu le temps des regrets.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=1sIWez9HAbA]

Mais avec la pomme californienne, la passion peut facilement reprendre le dessus et faire pencher la balance d’un côté, comme de l’autre, à une pomme près! Pour preuve, le témoignage cinglant de trois commentateurs américains du blog de CNN consacré aux technologies (With the new iPhone, Apple has some catching up to do, Avec le nouvel iPhone, Apple a du rattrapage à faire, traduction libre) que nous reprennons dans ces lignes. On ne mâche pas ses mots.

Apple iPhone land Mac Aficionados

Zoompilot:

Voilà le constat: les produits d’Apple ont toujours été à la traîne. CHAQUE version de l’iPhone a manqué de fonctionnalités déjà disponibles sur le marché, et qui ont été mises à jour plus tard. Maintenant que Steve Jobs est mort, le champ de distorsion de la réalité est mort avec lui et nous allons réellement face à la mise en scène d’Apple avec son rideau abaissé. Actuellement, Apple ne peut pas se cacher derrière ses produits de BS* (*juron anglais que nous ne reproduirons pas ici!) vêtus d’aluminium et de verre. J’aime l’innovation et J’AIME la concurrence entre Google et Apple, car elle oblige le marché à se dépasser sans cesse. Google lamine Apple à ce niveau. (Notre article: Google contre Apple, le choc des titans).

Nous allons le démontrer: quand je me réveille avec mon nouveau Google Now, mon Android Nexus 7 sait déjà que je vais aller travailler aujourd’hui et calcule d’avance le meilleur itinéraire pour y aller en tenant compte du trafic; il affiche une liste des réunions et des itinéraires à suivre, un rappel du récital du ballet de ma fille qui aura lieu ce soir, m’indique les meilleures places pour aller déjeuner par rapport à l’emplacement de mes réunions et me fournit le meilleur itinéraire pour revenir à la maison une fois que ma réunion s’est achevée. Entre temps, il me propose des informations pertinentes en tenant toujours compte de mes habitudes. Il détecte même automatiquement mon nouveau téléviseur Samsung connecté à mon réseau domestique et me suggère des façons d’interagir avec lui! C’est  ce qui s’appelle de l’innovation.

Apple iPhone Android

D’un autre côté, mon iPhone 5  attend patiemment que je lui dise quoi faire. Mais la dernière fois que je l’ai fait, il m’a donné des indications qui m’ont mennées à une impasse (entendez Apple Maps, ndt), et je suis arrivé en retard pour mon rendez-vous. Il m’a indiqué que la station d’essence la plus proche était à un pâté de maisons quand il s’agissait en fait du siège social de BP (British Petroleum) et non d’une réelle station d’essence. Impossible également pour lui (Siri) de me rappeler que j’avais une réunion programmée dans l’après-midi, puis il m’a ensuite égaré, en étant supposé me donner des directives qui me conduiraient à la maison. C’est de la BS* (*juron anglais que nous ne reproduirons pas ici!) revêtue d’aluminium et de verre Gorilla (les iPhone sont effectivement censés utiliser les verres Gorilla dits très résistants aux égratignures, ndt).

Siri direction

Apple a été réduite à espérer que le changement de la couleur de ses téléphones (lire notre article l’iPhone 5S: Siri, l’arme secrète d’Apple) la rendra à nouveau désirable. Google espère quant à elle que le fait de changer la façon dont vous utilisez votre téléphone la rendra davantage désirable à vos yeux. Alors, quelles actions (financières, ndt) allez-vous acheter maintenant?

Un autre commentateur de répondre d’une phrase tout aussi éloquente que courte:

Masteruserman:

Apple

Un suivant de renchérir plus bas:

Buckn:

Il y a tant de gens qui souhaitent voir Apple échouer. Je suppose que le roi de la vallée  est toujours la meilleure cible choisie pour les attaques. Mais, j’aimerais en définitive mieux découvrir de réelles initiatives vraiment innovantes en provenance d’une autre entreprise  qu’Apple. Donnez-nous plutôt un véritable argument plutôt que vos arguments types  du style: «ils devront vraiment travailler fort afin de rattraper leur retard». Ce dont Apple est toujours capable c’est de pousser la technologie et de la faire progresser rapidement en termes d’avancées technologiques.
L’utilisation qu’Apple a faite de la souris et de l’interface WYSIWYG (ce que vous voyez est ce que vous avez) a changé la façon même dont nous concevions l’informatique. L’iPod a changé la façon dont nous avons perçu (et consommé, ndt) la musique numérique et portable. L’iPhone a changé nos attentes quant à la notion même de téléphone intelligent. Les idées d’Apple ont influencé et changé la façon dont nous interagissons avec les machines.

Et vous, chers lecteurs, où vous situez-vous dans ce débat?