Cela va faire plus de deux semaines que j’ai reçu ma première souris «officielle» d’Apple. Pour les Mac Aficionados qui n’auraient pas suivi l’actualité en direct (ou lu l’article précédent,) sachez que la Magic Mouse est le nom donné à la première souris dite «multi-touch» d’Apple (et la première mondiale!), dans la mesure où elle serait dotée de capteurs sensibles sur l’ensemble de sa surface (comme c’est le cas avec les écrans tactiles des téléphones intelligents, dont l‘iPhone).

Lancée en même temps que la version officielle de Windows 7, il semblerait, selon certains, que la Magic Mouse ait volé la vedette au produit de Microsoft.

En mettant toujours autant l’accent sur l’esthétisme caractéristique des produits d’Apple, la Magic Mouse est une souris qui a du charme! Son design épuré et sa forme arrondie m’ont séduit dès le départ.

De forme longitudinale, (très!) plate et concave sur le dessus, la Magic Mouse est une souris relativement légère (131 g) et très agréable au toucher.

Lorsqu’on la saisit pour la première fois, celle-ci paraît d’abord un peu inconfortable à la tenue (faute d’habitude), mais au fur et à mesure qu’on l’utilise, elle se loge parfaitement entre les doigts (et non la paume de la main!) et l’on apprécie beaucoup sa surface lisse sur laquelle glissent les doigts.

La Magic Mouse est une souris qui fonctionne avec le système Bluetooth, ce qui permet une grande liberté de mouvement. De plus, la réceptivité de la Magic Mouse est très bonne (après plus de deux semaines d’utilisation).

Avec une absence totale de boutons, la Magic Mouse a de quoi surprendre: il s’agit en fait de sa surface arrondie sur laquelle on clique et  dont les côtés feront figure de boutons gauche ou droit, selon la configuration.

Ce qui impressionne le plus est sans doute le mode de défilement des pages (scrolling, en anglais): il vous faudra en effet tenir la souris, relier l’index et le majeur ensemble et les faire glisser sur la surface de la souris vers la gauche ou la droite pour changer de fenêtre dans Safari, Firefox.

Dans le mode aperçu, vous faites ainsi défiler les éléments, tandis sous Cover Flow, vous passez de la fenêtre d’un dossier ouvert à celle du dossier précédent (ou suivant).

Une petite révolution qui vous fera gagner bien du temps! Bien que le geste ne soit pas naturel au départ, après seulement un jour d’utilisation, il deviendra littéralement banal, voire amusant!

Quand au défilement en longueur, celui-ci est assuré par un mouvement très «classe»: servez-vous de votre index (ou de votre majeur), et faites-le monter ou descendre sur la surface de la Magic Mouse pour faire défiler une page de haut en bas!

Le défilement dans les fenêtres est également assuré par un mouvement de rotation de 360°, fort utile lorsque vous manipulez des photos dans Aperçu ou tout autre logiciel de traitement de photos.

Le mode de zoom est assuré quant à lui par le glissement vertical d’un doigt, combiné à la touche contrôle (Ctrl) du clavier.

Gestures différentes

La Magic Mouse, en raison de sa forme et de l’absence de boutons, parviendra parfaitement aux gauchers aussi bien qu’aux droitiers.

Un des premiers regrets de la Magic Mouse est le fait qu’on ne puisse pas tout simplement tapoter sur sa surface pour engendrer un clic. Il faudra plutôt lever l’index ou le majeur et appuyer sur la coque de la souris en guise de clic.

Ce qui vient quelque peu réduire la définition de la notion de multi-touch.

De plus, le faible nombre d’actions configurables en guise de boutons de cette Magic Mouse n’est pas en sa faveur, comparée à des souris ayant 4 voire 5 boutons configurables.

Sachez toutefois qu’il existe déjà des petites applications permettant d’étendre les fonctions de la Magic Mouse, dont BetterTouchTool, qui est gratuit.

BetterTouchTool

Il s’agit, selon moi, d’une souris qui a beaucoup pour séduire: très élégante, avec une très bonne ergonomie, une bonne précision et une surface tactile agréable au toucher, la Magic Mouse se distingue de ce qui se fait sur le marché par son originalité d’utilisation.

Je regrette toutefois le fait que sa surface ne fonctionne pas (totalement!) à la manière d’un écran tactile qu’il suffit d’effleurer pour simuler le mouvement.

En ce qui concerne la faiblesse du nombre de «boutons configurables», il y a fort à parier qu’Apple mettra sous peu en version de téléchargement une mise à jour qui permettra de palier à cette lacune certaine de la Magic Mouse.

Enfin, pour parler du prix proposé (69$, avant taxes),

il aura certainement de quoi rebuter un peu ceux et celles qui hésitent encore à l’acquérir! Mais sachez que la Magic Mouse est disponible dans la plupart des Apple Store et que vous pourrez vous y familiariser en la testant, avant de l’adopter définitivement comme je l’ai fait!

 

  • Mise à jour du 11 novembre 2009

Une nouvelle petite application vient de voir le jour, étant compatible avec les systèmes Leopard (ce que ne permettait pas la version de BetterTouchTool, destinée à Mac OS X 10.6 et +), du nom de MagicPrefs.

Ce petit utilitaire gratuit vous permettra d’améliorer la gesture de votre Magic Mouse, de même que la vitesse du curseur.

BetterTouchTool est accompagnée d’un utilitaire de gestion directement intégré aux Préférences Système.

 

Liens de téléchargement:

MagicPrefs

BetterTouchTool  0.516